Site d'information des résidents et copropriétaires

PAPEM - Point de situation pour l’AG de mars 2019

mercredi 13 février 2019.

La 1ère phase du projet PAPEM (Projet d’Amélioration de l’Efficacité Energétique du Méridien)s’achève au 1er trimestre 2019.

En prévision de l’AG de mars 2019, voici un rappel du contexte et des enjeux de ce projet, ainsi qu’un point de situation à février 2019.

Rappel du contexte et des enjeux du projet PAPEM :

En 2017 la copropriété a lancé un Projet d’Amélioration de l’Efficacité Energétique du Méridien (PAPEM).

L’objectif est d’améliorer la température de confort des appartements, et de réduire la consommation et donc les dépenses d’énergie.

La démarche est basée sur le principe que "CE QUI SE MESURE PEUT S’AMELIORER" :

=> MESURER pour COMPRENDRE et AGIR pour AMELIORER

Situation de référence, année 2016 : Electricité + chauffage = 30% du budget annuel du Méridien :

Budget annuel : 1.750 M€ dont Electricité + CPCU = 528.000 € :

- 3% Electricité : 52.000 €

- 27% CPCU (Chauffage et Eau Chaude Sanitaire) : 476.000 €

- 5,7% Travaux d’entretien chauffage+ECS : 100.000 €

Objectif PAPEM : - 35% => - 185.000 € / an d’économies

• 1ère phase 2017-2019 (sur 2 exercices budgétaires) : Réduire de l’ordre de 20% les dépenses d’énergie, ce qui représente une économie de 100.000 €/an.

Commencer par réaliser de petits investissements en dizaines de milliers d’euros, qui rapportent sur l’année davantage d’économies que les investissements consentis :

o Rester dans le cadre du budget annuel courant (pas d’augmentation).

o Obtenir un retour sur investissement rapide de 1 à 24 mois.

o Obtenir des subventions ou des aides financières.

o Générer des économies importantes permettant de réaliser plus tard des travaux plus importants lors de la 2ème phase qui sera engagée à partir de l’AG de 2020.

En 1ère phase les projets ont porté sur 3 points de l’Article 138-2 du décret n°2012-1342 du 3 décembre 2012 :

 Travaux d’amélioration des installations d’éclairage des parties communes.

 Travaux d’installation, de régulation, d’équilibrage ou de remplacement des systèmes de chauffage, d’eau chaude sanitaire.

 Travaux d’isolation des réseaux collectifs de chauffage, et d’eau chaude sanitaire.

• 2ème phase 2020-2025 : Réduire de l’ordre de 20% supplémentaire les dépenses d’énergie, ce qui représente une économie de l’ordre de 85.000 €/an.

Etablir un plan pluriannuel de travaux avec de gros investissements en centaines de milliers d’euros, dont le financement sera assuré par les économies générées dans la 1ère phase.

En 2ème phase les travaux devraient porter sur :

o La rénovation et l’isolation thermique du toit-terrasse.

o La valorisation du toit-terrasse par l’exploitation de panneaux solaires.

o L’obligation de généraliser le remplacement des fenêtres à simple vitrage résiduelles, par des fenêtres à double vitrage.

Situation à février 2019 :

• La 1ère phase a permis d’atteindre ses objectifs en agissant simultanément sur 4 leviers :

o Agir sur la régulation centrale du chauffage pour bénéficier de l’énergie apportée par les variations des conditions météorologiques, en utilisant l’inertie thermique du bâtiment.

Ceci a été réalisé avec les nouvelles technologies qui permettent de faire de la régulation prédictive du chauffage collectif, sans travaux.

o Adapter la production primaire d’énergie à la distribution dans les réseaux de chauffage.

Ceci a été réalisé par la connexion des régulateurs de la cascade primaire de production, aux régulateurs des 2 circuits de distribution nord et sud. Depuis que l’échangeur dédié à l’ECS a été installé en décembre 2018, et après une période de 3 mois d’observation qui est concluante, un dernier paramétrage de nos automates de régulation en février 2019, va nous permettre de tirer davantage d’économies par une plage d’adaptation encore plus ample de la production à la distribution.

o Mesurer en permanence la température de confort dans une soixantaine de logements, pour caractériser la situation de confort du bâtiment, et vérifier que les améliorations effectuées dans le cadre du point précédent ci-dessus, ont bien atteint leurs objectifs.

Ceci a été réalisé par le déploiement d’une soixantaine d’Ecosondes (radio-thermomètres/hygromètres de nouvelle génération IoT objets connectés) dans les appartements de référence, et dans les appartements où un inconfort était signalé.

o Dédier un échangeur de vapeur à la production de l’eau chaude sanitaire (ECS), afin de baisser la production sur la cascade de nos 3 échangeurs primaires, notamment pendant les périodes de coupure du chauffage collectif de mai à septembre.

Cet échangeur dédié à l’ECS a été mis en production le 7 décembre 2018.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 115581

Site réalisé avec SPIP 2.0.6 + AHUNTSIC